Justice Info

10.10.14 - SYNTHÈSE HEBDOMADAIRE - LE PRÉSIDENT KENYATTA A COMPARAÎT DEVANT LA CPI, L'ONU DEMANDE DES POURSUITES POUR LES CRIMES DU M 2 3

Arusha, 10 octobre 2014 (FH) – Le président du Kenya, Uhuru Kenyatta, a comparu devant la Cour pénale internationale (CPI) tandis que l'ONU a exigé des poursuites pour les crimes commis par les rebelles congolais du « Mouvement du 23 Mars » (M 23).

CPI
Uhuru Kenyatta devant ses juges: le président kényan n'a pas prononcé un seul mot devant la Cour. Mais il est devenu mercredi le premier chef d'Etat en exercice à comparaître devant la CPI. Uhuru Kenyatta, qui plaide non coupable, est poursuivi pour crimes contre l'humanité perpétrés dans son pays lors des violences qui avaient suivi les élections de fin 2007. A la conférence de mise en état de mercredi, l'accusation a, à nouveau, accusé les autorités kényanes de ne pas vouloir lui communiquer toutes les pièces dont elle a besoin. La défense, de son côté, a soutenu que Nairobi coopérait pleinement avec le bureau du procès. En conséquence, elle a demandé la clôture de l'affaire. Les juges se sont retirés pour délibérer.

CPI
Une date fixée pour le procès de Ntaganda : dans une ordonnance rendue jeudi, la CPI a fixé au 2 juin 2015 l'ouverture du procès du chef rebelle congolais Bosco Ntaganda accusé de crimes contre l'humanité et crimes de guerre commis dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC). Surnommé « Terminator », parce que réputé sans pitié, Bosco Ntaganda est accusé de 13 chefs de crimes de guerre et 5 chefs de crimes contre l'humanité commis en 2002- 2003 en Ituri, un district du nord-est de la RDC, à la frontière avec l'Ouganda.
RDC
 
L'ONU demande des poursuites pour les crimes du M 23 : les Nations unies ont demandé jeudi que justice soit rendue pour les crimes commis par le Mouvement du 23 mars (M23) lorsqu'il contrôlait une partie de la province du Nord-Kivu, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC) d'avril 2012 à novembre 2013.
Des enquêtes du Bureau conjoint des Nations unies aux droits de l'Homme (BCNUDH) en RDC ont, en effet, révélé qu'au cours de cette période, de graves violations des droits de l'homme et du droit international humanitaire ont été commises par le M 23 dans la province du Nord-Kivu.
 
LA SEMAINE PROCHAINE
 
CPI :
 -Dans le procès du sénateur congolais Jean-Pierre Bemba, le procureur rouvrira sa preuve pour citer de mardi à jeudi un témoin supplémentaire désigné par le pseudonyme P-169.
 -Une conférence de mise en état aura lieu vendredi dans l'affaire Bosco Ntaganda qui s'ouvrira sur le fond le 2 juin 2015.
ER